STOP à la violence routière

OUI à l'application des lois, NON à la banalisation des lois.

Pétition en ligne sur le site : mes opinions.com







Pour l'année 2019




On continue notre principale action, contre la destruction des organes après une autopsie.

Envois de courriers aux élus.

Que deviennent les organes de nos proches mineurs et majeurs suites à un accident de route

Une question anodine et pourtant très surprenante qui va à l'encontre de toutes les lois définies en France et de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Après un décès, un accident, un attentat… la justice demande une autopsie, afin de confirmer si la mort est bien due aux dites circonstances. Lors de cet acte cruel pour les familles le corps morcelé ne doit pas perdre sa signification comme le mentionne l'article 16-1-1 du Code civil.

Extrait de l'article': «Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort.» Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence.

Lors de l'autopsie, des organes sont mis sous scellés quelques soit l'âge du défunt, mineur ou majeur. Les corps sont rendus très souvent à la famille sans certains organes. La famille n'est pas informée de cela. Il s'agit de vol d'organes avant leurs destructions, particulièrement pour les mineurs sans l'avis de la famille. 

Que deviennent les scellés? Ils sont considérés comme déchets anatomiques.

Soit, ils sont incinérés et sont placés avec les déchets hospitaliers dans des fosses.

Soit, ils sont incinérés dans un crématorium durant les heures de fermeture. Les cendres issues de l'incinération des pièces anatomiques humaines sont alors collectées et traitées par les communes et les groupements de communes.

Et tout cela sans que les familles soient informées.

Question: avons-nous évolué? Où se trouvent l'éthique, les Droits de l'Homme, le respect du corps humain ?

La justice n'applique pas ces propres lois, elle se moque des sentiments émotionnels que représente cette nouvelle blessure qui vient se rajouter à la mort de leurs enfants, de leurs proches.

Si au moins ces prélèvements permettaient de sauver des vies, quelle que soit la décision de la famille, mais non la justice préfère les détruire, les brûler, sans informer les familles.

Tous les articles, toutes les réglementations mentionnent la même chose, le respect du corps après la mort. Les organes d'un défunt font partie de son patrimoine, de son corps. Il est intolérable que les organes de nos défunts soient considérés comme déchets anatomiques, que les cendres ne soient pas remises à la famille.

Rappel du projet de loi PPL Projet de Loi - Lien Sénat

Lors de l’autopsie, des organes sont mis sous scellés quelques soit l’âge du défunt, mineur ou majeur. Les corps sont rendus très souvent à la famille sans certains organes. La famille n’est pas informée de cela. Il s’agit de vol d’organes avant leurs destructions, particulièrement pour les mineurs sans l’avis de la famille.

Que deviennent les scellés ? Ils sont considérés comme déchets anatomiques.

- Soit, ils sont incinérés et sont placés avec les déchets hospitaliers dans des fosses.

- Soit, ils sont incinérés dans un crématorium durant les heures de fermeture.

Les cendres issues de l’incinération des pièces anatomiques humaines sont alors collectées et traitées par les communes et les groupements de communes. Et tout cela sans que les familles soient informées.

*****

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Association : Lionel 17 ans et les autres...victimes de la route - N° : W661002528